SUR RENDEZ-VOUS 581-985-0248
EMAIL: infosoins2021@gmail.com
icon_Depistage-Itss

Virus du papillome humain

VHP

Les
données
épidémiologiques
démontrent que 75%
des gens à l’âge adulte
auront au moins une
infection au VPH au
cours de leur
vie

Qu'est-ce que le virus du papillome humain (VPH) ?

La famille des virus du papillome humain (VPH) compte plusieurs types de virus, dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement. Le VPH est une des infections transmissibles sexuellement les plus courantes.

Les données épidémiologiques démontrent que 75% des gens à l’âge adulte auront au moins une infection au VPH au cours de leur vie. Chaque année, au Québec, environ 300 femmes reçoivent un diagnostic de cancer du col de l’utérus.

Il existe deux formes de VPH : celui à faible risque causent des condylomes et celui à risque élevé qui peut causer des cancers.

Symptômes

Les condylomes sont des verrues qui se manifestent sous forme de petites bosses sur la peau ou les muqueuses des organes génitaux (pénis, scrotum, vulve, vagin, anus) ; parfois, de la gorge.

  • Les verrues génitales peuvent apparaître sur la vulve de 1 à 8 mois suivant l’infection.
  • Les hommes qui ont le VPH peuvent développer des verrues sur le pénis.
  • Les excroissances peuvent être petites, molles, de couleur chair et avoir une apparence semblable à un chou-fleur.
  • La taille et le nombre des verrues peuvent changer au fil du temps, mais la plupart des verrues finiront par disparaître.

Les condylomes apparaissent entre 3 semaines et plusieurs mois ou même des années après l’infection. Sans traitement, ils disparaissent généralement en quelques années, mais ils peuvent réapparaître après plusieurs mois ou plusieurs années. Les condylomes ne posent pas de risques pour la santé. Ils ne sont ni cancéreux ni précancéreux.

Transmission

Une personne qui a une infection à VPH peut transmettre le virus même si elle n’a pas de symptômes. La transmission par voie sexuelle peut se produire lors de : relations orales, relations vaginales, relations anales, contact entre les organes génitaux des partenaires ou par le partage de jouets sexuels.

La transmission sexuelle peut avoir lieu même sans pénétration, orgasme ou éjaculation. Plus rarement, une mère infectée peut transmettre l’infection à son bébé au moment de l’accouchement. Très souvent indolore les condylomes sont parfois accompagnés de démangeaison, d’inconfort pendant les relations sexuelles ou parfois de saignements pendant les relations sexuelles.

Une relation orale présente aussi un risque de transmission du VPH. Il peut même y avoir transmission lors de frottement des organes génitaux sans pénétration.

Symptômes du VPH

Très souvent, les personnes infectées par le VPH n’ont pas de symptômes. Une personne peut donc être infectée sans le savoir et transmettre le virus à un autre partenaire. Il est souvent difficile de connaître quand et de qui un individu infecté a contracté le virus puisque l’infection au VPH apparaît puis disparaît en quelques années. Parmi les symptômes, on peut retrouver des verrues génitales, la dysplasie cervicale, le cancer du col utérin, le cancer du pénis et de l’anus.

Traitements contre le VPH

L’azote liquide (cryothérapie) est fréquemment utilisé. Les tissus sont détruits par des cycles de gel/dégel. En cas d’échec, différents moyens chirurgicaux avec anesthésie existent : excision de la lésion, rayon laser ou courant électrique. Lorsqu’il y a condylomes dans l’anus, on doit les traiter en mettant un spéculum anal pour pouvoir appliquer les traitements sur les lésions. Une consultation en gynécologie pourrait vous être proposée.

Prévention contre le VPH

À titre de préventif, il est recommandé de se protéger en tout temps avec un préservatif et de limiter le nombre de partenaires sexuels. Évitez de partager vos objets personnels et consulté si vous pensez avoir contracter le VPH. Il est important pour les femmes de passer un test PAP (examen gynécologiques) chez votre médecin afin de déterminer si vous êtes porteuse du virus du papillome humain. Des cellules seront prélevée afin de déterminer si les lésions sont cancéreuses ou non.

Vaccination contre le VPH

La vaccination est le moyen préventif contre les infections par les VPH. La personne doit recevoir 2 ou 3 doses du vaccin sur une période de 6 mois pour avoir la meilleure protection possible. Le vaccin contre les infections par les VPH (Gardasil 9) est offert gratuitement aux personnes admissibles dans le cadre du Programme de vaccination.